CR de la réunion RESF du 06/10/2016

lundi 10 octobre 2016
par  GA
popularité : 0%


Bonsoir,
Nous étions nombreux jeudi soir et bienvenue aux nouveaux venus !!!


Nous avions beaucoup à nous dire mais tout d’abord nous avons fêté la régularisation de la famille Témirsultanov qui a reçu une Autorisation Provisoire de Séjour (APS) de 6 mois avec autorisation de travail !!!


Ensuite nous avons longuement échangé, informé, décrypté les nouvelles procédures de la demande d’asile :
- Elles sont instaurées depuis novembre 2015
- Elles sont complexes (on n’interdit pas dans notre pays, on rend les choses inaccessibles) surtout quand on habite Digne les Bains car toutes les démarches doivent être faites en préfecture régionale, c’est à dire Marseille.
- En pièce jointe un tableau résumé du parcours (bon courage !).


Nous avons pour la 1° fois, dû faire face à des familles réfugiées, sans logement, sans aucune aide avant la demande d’asile.
Il y a 4 familles actuellement que nous connaissons et pour qui aucun hébergement n’est possible (ou alors à la marge, pour une nuit).
Il n’y a plus de possibilités de prise en charge administrative dans le département, tout est concentré sur Marseille.
Ces familles, quand finalement arrivent à se présenter au RdV en préfecture puis à l’Office Français de l’Immigration et de l’Intégration, doivent se voir proposer un logement en CADA (Centre d’Accueil pour Demandeur d’Asile) en attendant l’aboutissement de leur procédure. Cette prise en charge est importante car outre l’hébergement, elle permet une aide à l’établissement de leur dossier. Quand l’hébergement en CADA n’est pas possible, seul reste l’hébergement d’urgence.


Hébergement d’urgence
Cette situation vous la connaissez car elle nous a mobilisé :

  • 2 rassemblements devant la préfecture (21 et 28 septembre) où nous avons été reçu (vous avez pu lire les comptes rendus) par Mme la directrice de cabinet et Mme la chef du bureau du préfet, puis par le directeur adjoint de la direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations et par Mme la chef de bureau du préfet.
  • 1 rassemblement devant la mairie le 5/10/2016 : nous avons été reçu par le directeur général des services municipaux, le directeur de cabinet du maire, et Mme Tieblemont , adjointe. Nous leur avons remis une lettre (que nous vous avons communiquée dans un précédent mail) demandant de créer des places d’hébergement d’urgence . Ils ont pris acte ; nous attendons une action.
  • Nous avons diffusé une pétition qui court toujours sur internet : http://www.educationsansfrontieres.org:8080/spip.php?article54472 (Et pensez à valider votre signature) et sur papier qui a plus de 1000 signatures. Vous pouvez continuer la diffusion !
  • Nous avons rencontré M. ROUX le 3/09/2016 , sénateur et nous l’avons informé de la situation indigente de l’hébergement d’urgence dans notre département.
  • Nous avons eu 2 rencontres avec M.Descoins, directeur adjoint de la DDCSPP (Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations) :
    • Il a pu faire avancer des dossiers de familles notamment en avançant des dates de RdV à la préfecture
    • Une famille a obtenu un hébergement en CADA (Centre d’Accueil pour Demandeur d’Asile) dans le 84
    • Il a détaillé l’augmentation des places d’hébergement dans le département pour les demandeurs d’asile (oui mais pas en hébergement d’urgence) ; cette augmentation de places, libérerait dans un 2° temps des places en hébergement d’urgence.
    • L’état doit, à plus long terme créer des places d’hébergement d’urgence.
    • Il nous propose de le contacter directement dès qu’une situation nouvelle se présente et promet d’intervenir rapidement.
  • Nous constatons que sans la solidarité citoyenne, des enfants dormiraient dans la rue, des familles ne pourraient pas effectuer leurs démarches (déplacements à Marseille, aide dans les dossiers, démarches pour la scolarisation, rencontre avec les associations caritatives comme le secours populaire, les restos du cœurs etc....). Nous sommes loin, très loin des engagements de l’état sur la protection des familles.
  • Nous constatons aussi, que tout cela demande beaucoup de temps. Nous avons eu une longue discussion à propos du rôle politique (politique au sens large) de RESF dans cette situation : comment faire passer nos valeurs, témoigner de notre solidarité si nous sommes englués dans ces difficultés au quotidien qu’il faut pourtant résoudre. Comment poursuivre notre action, partager nos valeurs et faire un contre-poids aux propos haineux que l’on entend de plus en plus.
  • Nous savons aussi que la situation est la même sur tout le territoire français.
  • Nous proposons une pause dans nos rassemblements hebdomadaires, voire bihebdomadaires en espérant de nouvelles avancées. Si rien ne bouge, nous comptons sur vous pour de nouvelles mobilisations.
  • Nous constatons enfin que nos permanences d’accueil les 1° et 3e jeudi de chaque mois sont de plus en plus fréquentées par des familles sans solutions de logement et /ou de procédure.Il est difficile de faire face à toutes ces situations (à chaque fois unique) et ces personnes mettent beaucoup d’espoir en nous. Il est compliqué aussi pour eux de nous situer en tant que militants ou bénévoles, en tout cas non professionnels et de comprendre que notre rayon d’action est limité. La création de comité d’action dans l’école de leur enfants prend toute son importance et c’est ce que nous tentons de soutenir avec l’aide de chacun d’entre vous.


La situation à la plateforme d’Accueil des demandeurs d’Asile (PADA) :


Tous les demandeurs d’asile doivent se faire inscrire à la PADA (cf document pièce jointe). Elle est gérée par une association : Forum des réfugiés.


Les retours des citoyens qui ont accompagné ces familles est ahurissant :

  • Files d’attente interminables où la consigne est de ne pas donner de tickets pour gérer les ordres d’arrivée.
  • Manque de moyens matériels et humains pour répondre aux besoins
  • d’où des tensions, bagarres pendant cette attente.
  • Les gens traités comme du bétail...


Nous attendons un témoignage écrit d’un témoin de ces situations.


Hébergement d’une famille


Il y a aussi de bonnes nouvelles !
Merci à la solidarité d’un village près de Digne les Bains qui a proposé un logement à une famille sans papier avec 2 enfants qui se seraient retrouvés dans la rue.
C’est la 3° fois que ce village héberge et soutient des familles. Oui c’est possible, ils en font la preuve !


les RdV


Réunion exceptionnelle de RESF le jeudi 20/10/2016
à 18h30 au local : 15, rue Curaterie, Digne-les-Bains


Réunion RESF mensuelle le jeudi 3 novembre 2016 à 18h30 au local


Permanences : accueil des familles de 17h15 à 18h15 les 1° et 3° jeudis de chaque mois, au local
Jeudi 20/10/2016 : Patricia, Paule, Bernard Lau.
Jeudi 03/11/2016 : Paule, Christiane, Catherine


Pour RESF
Amicalement


 


Christiane


Documents joints

Fiche parcours demandeur d'asile
Fiche parcours demandeur d'asile

Navigation

Articles de la rubrique